Comment plaire à Google et à ses Sbires ?

Samia avait fait tout ce qu’il fallait, elle en était sûre.
Depuis plusieurs mois maintenant elle travaillait avec une rédactrice pour publier des articles bien écrits sur le coaching de vie, sa nouvelle profession depuis sa reconversion professionnelle. Et elle avait vu les effets avec quelques pages qui commençaient à être positionnées dans les résultats
de Google.

Certains de ses nouveaux clients étaient tombés par hasard sur son site en faisant une recherche, rempli le formulaire de contact et pris rendez-vous pour une séance de coaching. Samia se félicitait d’avoir suivi les conseils de son ami référenceur, et d’avoir investi en premier son
temps et son argent à la création d’un contenu qui pourrait plaire à des visiteurs et des clients potentiels.

Maintenant que ce processus était fonctionnel, elle avait envie d’optimiser tout ça et se dit qu’elle pourrait faire appel à un cabinet spécialisé.

Des consultants experts du SEO l’aideraient certainement à atteindre enfin les premières places dans les moteurs de recherche… Elle voyait déjà les prises de contact se multiplier et son agenda se remplir à vitesse grand V.

Le jour du rendez-vous, Samia était pleine d’espoir. Mais au bout de quelques minutes, tout se mélangea et de la conversation ne lui parvenaient plus que quelques bribes :

  • Nous allons travailler sur votre off-page et les éléments techniques
  • Lancer une campagne de netlinking en commençant par des liens quanti
  • Publier plusieurs articles sponsorisés sur nos PBN
  • Vérifier la crawlabilité de votre site et mettre en place les KPI pertinents…

Au bout d’une heure, elle fut soulagée que le rendez-vous se termine : elle pouvait enfin arrêter de faire semblant de comprendre et d’acquiescer à chaque nouvel acronyme. Finalement, c’était bien plus compliqué que ce qu’elle pensait… Le lendemain, la réception du devis apporta le coup de grâce à ses ambitions de référencement :
1500 € HT pour optimiser son SEO, sans comprendre ce que l’agence proposait de faire. Et complètement hors-budget étant donné qu’elle commençait à peine à avoir ses premiers clients.
La suite de ce chapitre a été rédigée pour toutes les personnes comme Samia. Nous allons parler de SSL, de responsive, de sitemap…
mais ne prenez pas peur. Rien de bien compliqué : simplement du vocabulaire que vous ne connaissez peut-être pas encore.

Ne vous laissez pas impressionner par le jargon, les acronymes et les mots en anglais. Si vous suivez les étapes de ce guide, vous réussirez à optimiser votre SEO pour mettre en valeur le contenu
de qualité que vous proposez sur votre site. Nous allons mettre les mains sous le capot et régler la mécanique SEO de votre site. Tout ce qui suit peut-être adapté, quel que soit votre site et votre CMS. Et en bonus pour les heureux possesseurs de WordPress, vous trouverez des détails sur la marche à suivre, des captures d’écran et des exemples de plug-in pour vous faciliter la tâche. Si vous arrivez au bout de ce chapitre et que vous réussissez toutes ses épreuves, vous plairez à Google et à ses sbires, les Googlebots qui crawlent sans arrêt le web. Nous allons leur montrer que
votre site est pratique, que sa navigation est aisée et sécurisée et qu’il est SEO Friendly.

Les bons réglages pour un site SEO friendly !?

Si vous avez suivi ce livre dans l’ordre, normalement à ce stade, vous avez publié au moins un contenu de qualité inégalable, sur un sujet en lien avec votre marque, vos produits et services. Un contenu qui répond aux attentes d’internautes et de clients potentiels.

Ce contenu est en train de travailler pour vous et votre classement dans les résultats de recherche de Google s’améliore petit à petit.

Il est temps de travailler sur les aspects techniques pour montrer à Google et à vos visiteurs que votre site est au top.

HTTPS ET SSL

Passage obligé pour être pris au sérieux : faire passer votre site de http à https si ce n’est pas déjà le cas.

Vous allez devoir commencer par acheter un
certificat SS L auprès de votre hébergeur s’il n’est pas déjà inclus dans votre contrat.
Mais regardez bien avant de sortir votre carte
bleue ; souvent, votre contrat d’hébergement en contient déjà un.

Pour installer votre certificat, il vous suffit de vous connecter sur l’interface de gestion de votre hébergeur. Vous trouverez certainement un onglet Certificat SSL.

Vous pouvez décider de faire l’impasse, mais avoir un site en HTTPS est fortement recommandé, et même indispensable si vous prévoyez des processus de paiement comme pour une boutique en ligne.

Sur WordPress

La suite est particulièrement simple. Une fois votre certificat SSL activé et configuré pour votre nom de domaine, il vous suffit de vous connecter à votre site WordPress en version https.
Installez alors le plug-in Really Simple SSL pour faire une redirection automatique de toutes vos pages http (qui existent toujours) vers leur version sécurisée en https.

Slogan

On n’y pense pas toujours, mais votre slogan est déjà une première opportunité d’utiliser les expressions-clés importantes de votre champ lexical. Pour un affichage optimal dans les différents navigateurs, votre Titre + Slogan ne devrait pas dépasser 70 caractères. Personnellement, je ne suis pas forcément cette règle, et je préfère ajouter tous les termes importants, même s’ils ne s’affichent pas tous.

Sur WordPress

Allez dans Menu >Réglages>Général pour modifier votre slogan.

SOUMETTRE UN SITEMAP

Votre sitemap va permettre à Google de mieux indexer votre site en expliquant à ses robots ce qu’ils doivent explorer et ce qu’ils doivent ignorer. Les robots de Google savent visiter votre site tout seuls. Mais en leur fournissant un sitemap, vous leur facilitez le travail, ce qui va accélérer l’indexation de votre site.

Sur WordPress

Bonne nouvelle : votre Plug-in Yoast SEO va vous aider.
Allez dans SEO>Réglages SEO et cliquez sur l’onglet Types de contenu. Vous allez choisir quel type de contenu vous souhaitez afficher dans les résultats de recherche.

Choisir les contenus à afficher dans votre sitemap

Le choix dépend de votre site et de son contenu. Vos articles et vos pages seront certainement à sélectionner. Peut-être aussi vos portfolios et
d’autres catégories de contenu. Vous pouvez accéder à votre sitemap directement à l’adresse suivante :

votresite/sitemap_index.xml

Sur WordPress
Pour plus d’informations, consultez la documentation de Yoast qui est très instructive… en anglais :
https://kb.yoast.com/kb/how-to-customize-the-sitemap-index/

Activer et accéder au sitemap
Allez dans SEO>Réglages Généraux, cliquez sur l’onglet Fonctionnalités. Activez la fonctionnalité si
elle ne l’est pas et pensez à enregistrer les modifications (bouton bleu).
Puis cliquez sur le point d’interrogation à droite de Plans de site XML :

Connexion à la Google Search Console
Encore une étape avant de soumettre votre sitemap à Google, vous allez devoir vous connecter à la Google Search Console et y ajouter votre site web. Vous devez posséder un compte pour pouvoir y accéder. Rendez-vous ensuite ici :
https : / /www.gQQgle.com/webmasters/tools/home?hl=fr&pli= 1
Cliquez sur Ajouter une Propriété et suivez les instructions pour enregistrer votre site internet.

Soumettre votre sitemap à Google
Une fois votre site internet ajouté et vérifié, il apparait dans l’accueil de la Google Search Console.
Cliquez dessus et vous accéderez au sitemap dans l’onglet Exploration du menu de gauche. Cliquez sur le bouton Ajouter/ Tester un sitemap :

Il ne vous reste plus qu’à entrer l’URL de votre sitemap : votresite/sitemap_index.xml
Et voilà : votre sitemap a été soumis à Google qui ne va pas tarder à aller voir ce qui s’y trouve.

VÉRIFIEZ VOS PERFORMANCES
Même si votre contenu est de très grande qualité, vous pénaliserez vos résultats SEO si votre site est trop lent et s’il s’affiche mal en version mobile. Vous allez donc devoir faire le nécessaire pour avoir un site rapide et responsive.

Optimisez votre vitesse
La vitesse de chargement de votre site et de vos pages est un facteur important pour votre classement. À contenu égal, une page qui s’ouvre plus vite se classera plus haut dans les résultats de Google.

Pour tester la vitesse de votre site, Google fournit un excellent outil
https://developers.google.com/speed/pagespeed/insights/?hl=fr
L’outil évalue votre performance, mais surtout il vous donne la liste de tous les problèmes et les étapes pour les résoudre.
Et si vous n’y comprenez rien : confiez cette optimisation à un développeur web en lui fournissant le rapport complet donné par l’outil.
Ne négligez pas ce critère !

Un site responsive
Il existe de nombreux sites pour tester si votre design est responsive. En voici 3 :

http://ami.responsivedesign.is/

https://www.responsivedesignchecker.com/

https://search.google.com/test/mobile-friendly

Le dernier est le test officiel de Google.

Version: Ordinateur
Version: Mobile

Si le résultat n’est pas à la hauteur de vos attentes, demandez à un développeur web de corriger le tir.
Comme pour faire régler vos problèmes de vitesse, vous trouverez ce type de service sur des sites comme 5euros.com.

Auditez vos performances avec GTMetrix
Rendez-vous sur le site GTMetrix pour faire un audit complet des performances de votre site.

Vous obtenez un descriptif exhaustif des points d’amélioration dont vous pouvez vous charger, ou encore une fois sous-traiter à quelqu’un dont c’est le métier.

Pour aller encore plus loin: Quelques astuces pour optimiser votre SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *